CIE SMASH THEATRE

 article Télérama du3 Mars 2013:

« Découverte il y a trois ans au festival Jeunes Pousses, Smash Théâtre s’est aussitôt fait remarqué par la force et l’originalité de sa proposition scénique : une adaptation singulière de La colonie pénitentiaire de Kafka. Au croisement des arts plastiques et du théâtre, la jeune compagnie, dirigée par la plasticienne Emily Barbelin et la comédienne Coline Fouquet, participe à un sursaut d’exigence des arts de la rue dont les principaux animateurs sont d’ailleurs des femmes : Camille Perreau (Compagnie Entre chien et loup), Karin Holmström (Begat Theater) et Julie Serpinet (Compagie Songes). Pour leur second spectacle, qui en a surpris plus d’un au dernier festival Chalon dans la Rue, les deux complices font renaître deux rescapées d’une guerre déjà oubliée. Apatrides, elles tentent de survivre sur un bout de terre, boueux et répugnant, avec quelques objets tombés du ciel. D’abord méfiantes, elles cohabitent, réinventent un quotidien hanté de nostalgie, puis apprennent à se connaître, racontant à l’autre le regain du nationalisme, les persécutions, l’effroi des massacres, les soldats qui pissent sur les cadavres, l’exil forcé… Dans une mise en scène subtile et magistrale, l’émotion survient à fleur de peau, brûlante, fragile, magnifiée par les mélodies envoûtantes d’Alexandre Verbiese et Benjamin Porcedda. Un spectacle singulier et intense. »

Thierry Voisin

travail sur une terre étroite

La compagnie Smash Théâtre est née en 2009 avec l’objectif d’adapter des oeuvres littéraires et poétiques dans l’espace public.

La rencontre entre Emily Barbelin, actuellement directrice artistique de la compagnie, et Coline Fouquet, comédienne, a permis la création en 2009 d’un premier spectacle adapté de « La colonie pénitentiaire » de Franz Kafka. Dans ce spectacle, un voyageur est témoin d’un théâtre où se joue l’injustice et l’horreur, il n’ose s’opposer, intervenir face à la barbarie qui se déroule devant lui. A travers le regard de cet étranger, le spectateur est poussé à s’interroger sur sa propre passivité.

En 2011, la compagnie s’agrandit et intègre une seconde comédienne, deux musiciens, et un créateur lumière. Ensemble, sous la direction d’Emily Barbelin, ils créent « Une terre étroite ». Ce spectacle mêlant musique, poésie et théâtre traite de l’après guerre de Bosnie et poursuit la réflexion engagée avec « A la Colonie » sur l’acceptation progressive de situations inhumaines, dégradantes, qui paraissent inacceptables extraites de leur contexte. Les premières présentations de ce spectacle se sont déroulées en octobre 2011, à Ekaterinbourg, en Russie, au sein du théâtre de la troupe Kolyada avec laquelle Emily Barbelin noue depuis plusieurs années des liens très forts. Cette compagnie de théâtre privé installée en Russie est connue en France, notamment pour la mise en scène de Nikolaï Kolyada de « Hamlet » présenté au Festival d’Automne à Paris en 2010.

Cette année, dans la continuité de son travail, le Smash Théâtre créé un spectacle jeune public proposant un voyage, en marionnette et musique live, en compagnie d’un vieux pêcheur. Après un passage au Festival d’Aurillac remarqué, le Smash Théâtre a présenté en septembre 2012 « Le Vieux Pécheur » au Festival International de marionnette d’Ekaterinbourg et y a reçu le prix du public de la meilleure musique.